Agression de la RDC par le Rwanda : « On essaie d’abuser de notre foi et cette fois-ci ça ne passera pas », souligne Patrick Muyaya

Dans la perspective de faire connaitre à la population congolaise la situation des opérations sur terrain, après l’agression de la République Démocratique du Congo par le Rwanda à travers son soutien armé aux terroristes du M23, le Ministre de la Ccommunication et Médias, Porte-parole du Gouvernement, Patrick Muyaya, a organisé ce lundi 30 Mai 2022, un briefing spécial avec les porte-paroles de la Police Nationale Congolaise (PNC) et des Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC), respectivement le Lieutenant-Général Léon-Richard Kasonga et le Colonel Pierrot Mwanamputu, sur les dispositions urgentes prises au niveau militaire, diplomatique et humanitaire pour face à cette situation.

« Ce n’est pas de la naïveté de vouloir faire la paix. Vouloir la paix ne signifie pas être prêt à tout tolérer. On essaie d’abuser de notre foi et cette fois-ci ça ne passera pas… Il est temps de faire la trêve avec l’hypocrisie », a déclaré Patrick Muyaya.

Alors que le Président rwandais Paul Kagame décide de faire la guerre à la République Démocratique du Congo, en orchestrant et en finançant les rebellions à l’Est du pays, c’est tout un peuple qui est rangée derrière son armée qui se tient prêt à défendre à tout prix l’intégrité territoriale de son pays et à infliger un coût important et irréversible à l’ennemi.

C’est pourquoi, le Gouvernement a salué l’unité de tous les Congolais qui se sont mobilisés contre les attaques du mouvement terroriste M23.

« Je voudrais au nom du Gouvernement, dit-il, remercier tous les Congolais, partout où ils se trouvent parce qu’ils se sont mobilisés spontanément. Au moment où nous commençons cet exercice, il y a des compatriotes qui sont à la Gare Centrale pour dire non à cette énième déstabilisation », a déclaré Muyaya.

Et d’ajouter : « Il est temps de faire la trêve avec l’hypocrisie… Nous ferons davantage pour donner le signal que vouloir la paix ne signifie pas être naïf et être prêt à tout tolérer ».

« Il n’y aura plus d’autre choix que celui de la force face à un groupe désormais considéré comme « terroriste ». « Le M23 n’a pas répondu à l’appel du chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi, sur la pacification de l’Est, un processus, du reste, régional. On essaie d’abuser de notre foi et cette fois-ci ça ne passera pas… », a souligne -t-il.

De leur côté, les Porte-paroles de la PNC et des FARDC déclarent que la situation est sous contrôle des forces de sécurité du pays et saluent la collaboration de la population.

« Aujourd’hui, la route Kibumba-Goma est ouverte au trafic. Nos hommes sont en train de faire le travail de consolidation des positions, de protection de l’agglomération. Des patrouilles des combats et des patrouilles pour éventuellement nettoyer les résidus qui pourraient se trouver, comme les deux voyous qui ont été arrêtés et qui aujourd’hui, sont entre nos mains et qui sont en train d’être exploités parce que vous avez vu, ils ont fait des déclarations. Ils vous ont dit pourquoi ils sont venus. Ils ont dit quelle mission ils avaient reçue de leur pays pour faire ce travail. Et aujourd’hui, c’est la preuve éloquente que le M23 c’est juste de la poudre aux yeux, mais la réalité se trouve ailleurs. Cet ailleurs a un nom, aujourd’hui le nom vous le connaissez, c’est écrit le Rwanda qui fait tout ça », a déclaré le Lieutenant-Général Léon-Richard Kasonga.

Pour le Colonel Pierrot Mwanamputu, il y a la nécessité de collaboration entre les forces de défense et de sécurité avec la population à travers le Conseil local de sécurité et de proximité.

« Une armée ne gagne pas la guerre si sa population ne collabore pas. L’avantage que nous avons au niveau de ces zones opérationnelles, c’est que la population a compris que pour qu’on puisse se débarrasser de ceux qui sont venus briser la sérénité, il faut que nous puissions collaborer avec la Police et l’Armée. Et dans le cas de collaboration, c’est le Conseil local de Sécurité et de Proximité », a déclaré le porte-parole de la PNC.

Soulignons que l’ambassadeur rwandais en RDC sera convoqué ce mardi, a laissé entendre le ministre Muyaya affirmant que «Le Premier ministre va désigner la personne qui va recevoir le diplomate rwandais en lieu et place du ministre des Affaires étrangères qui est encore, pour des raisons évidentes, en mission ». La RDC n’a pas exclu l’hypothèse d’une expulsion de l’ambassadeur du Rwanda en RDC.


Le Hautpanel / Provinces26rdc.net

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*