Félix Tshisekedi a officiellement gagné, mais pourra-t-il gouverner ?

Selon toutes les mesures officielles, Félix Tshisekedi a remporté la présidence de la République démocratique du Congo. Le plus haut tribunal du pays a certifié sa victoire ce week-end, annulant ainsi la demande du challenger Martin Fayulu. L’Union africaine, qui a surpris la semaine dernière les observateurs en soulevant des doutes sur le scrutin chaotique, a également pris ses distances et a reporté sa visite de lundi à Kinshasa.

Fayulu, dont la prétention à la victoire a été soutenue par la mission d’observateurs influente de l’Église catholique, a appelé ses fidèles à manifester.

Mais l’analyste Liesl Louw-Vaudran de l’Institute for Security Studies estime que Fayulu ne devrait pas s’attendre à un soutien d’autres pays africains, même lorsque l’Union africaine tiendra un sommet le mois prochain.

« Si nous regardons toutes les années et tout le drame dans des pays comme le Zimbabwe, le Tchad, le Burundi, la République du Congo – les gouvernements qui ont changé leur constitution, les dirigeants restent au pouvoir pour un troisième, quatrième, cinquième mandat – et l’UA ne pouvait tout simplement rien faire en raison du manque de volonté politique des autres dirigeants car ils ne souhaitaient pas ce genre d’ingérence dans leur propre situation, mais aussi à cause de faiblesses institutionnelles », a-t-elle déclaré à VOA.

Tshisekedi, qui aurait obtenu 38 % des voix, que son camp avait négocié avant le vote avec le président sortant, Joseph Kabila.

Les critiques du président de longue date et de son parti accusé d’avoir conclu un accord avec Kabila, dont le choix officiel était l’ancien ministre de l’Intérieur Emmanuel Ramazani Shadary, si impopulaire que la commission électorale, réputée loyale à Kabila, n’aurait pu le déclarer de manière plausible gagnant.

L’analyste Elissa Jobson de l’International Crisis Group, s’exprimant depuis Addis-Abeba, où se trouve le siège de l’UA, a déclaré à VOA que l’organisme continental pourrait jouer un rôle déterminant pour aider le nouveau président à passer à quelque chose qui ne fait pas naturellement partie du monde des vainqueurs. Politique congolaise : compromis. Tshisekedi a remporté la première place, mais le parti de Kabila a remporté la majorité du parlement.

« Cela gouverne, il va falloir engager et travailler avec la majorité, mais il serait sage de contacter le camp de Fayulu, et je suppose que l’UA l’encouragera à le faire, et j’espère que les organisations régionales le feront aussi », dit-elle.

Louw-Vaudran a noté que le nouveau président pourrait également faire pression sur certains des principaux alliés du Congo. Dimanche, les dirigeants de l’Afrique du Sud, du Kenya, du Burundi et de la Tanzanie ont officiellement félicité Tshisekedi. Cependant, il y a eu quelques retards notables.

« Je pense que ce qui est intéressant, ce sont ceux qui se sont tus, les chefs d’État qui n’ont pas félicité Tshisekedi, comme par exemple l’Angola, qui est un acteur majeur en RDC », a-t-il déclaré. « Nous n’avons entendu aucune déclaration de l’Angola jusqu’à présent. Et bien sûr, l’Ouganda et le Rwanda. En Ouganda, le président Yoweri Museveni s’est montré très critique à l’égard de l’ensemble du processus électoral. Il était l’un des dirigeants derrière la déclaration de l’UA la semaine dernière. Alors, une image de ceux qui jouaient ce jeu pour et contre le gouvernement Kabila et Félix Tshisekedi commençait lentement à apparaître ».

Tshisekedi, le fils de l’ancien chef de l’opposition qui s’est porté candidat à la présidence, a milité pour une plateforme de changement et de renouveau pour un pays dirigé par la famille Kabila – père et fils – depuis 1997.

Son élection pourrait s’avérer être le premier transfert de pouvoir pacifique que la RDC a connu au cours de son histoire indépendante de 60 ans. En gagnant, il a prouvé qu’un chef de l’opposition peut gagner au Congo. Alors qu’il se prépare pour son inauguration, il fait face à une question plus décourageante : peut-il gouverner ?

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*