RDC -Fayulu à Bruxelles : A cause de l’irresponsabilité continue de Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe » Crise post-électorale

Le candidat de la coalition Lamuka à la présidentielle du 30 décembre dernier, Martin Fayulu, a animé une conférence-débat ce samedi 09 mars à Bruxelles où il est arrivé dans la matinée pour une rencontre entre leaders de Lamuka et en vue de sa tournée dans les capitales occidentales.

Durant son intervention, Martin Fayulu est revenu sur le déroulement des élections en critiquant notamment l’attitude des deux leaders de la coalition CACH, Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe, qui ont préféré « donner des béquilles à Joseph Kabila afin de se maintenir au pouvoir » plutôt que de le chasser par la voix democratique comme cela avait été entendu lors des rencontres de l’opposition. Il s’en est également pris à la commission électorale nationale indépendante (CENI) par une démonstration statistique de sa victoire par la voie des urnes avant de dénoncer le tribalisme et l’accord signé le mercredi dernier entre le Front commun pour le Congo (FCC) et Cap pour le Congo (CACH).

« Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe responsable de la crise post-électorale »

Selon Martin Fayulu, c’est Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe qui sont à la base de la crise post-électorale actuelle en se retirant de l’accord de Genève qui avait pour but d’en finir démocratiquement avec le pouvoir de Kabila en RD Congo.

« Si nous avons aujourd’hui une crise post-électorale c’est à cause de l’irresponsabilité continue de certains fils du Congo dont 2 amis qui nous ont quittés après les accords Genève », a déclaré le candidat malheureux à l’élection présidentielle du 30 décembre 2018 devant la diaspora congolaise venue en masse l’écouter.

« Nangaa devrait finir en prison »

Pour Martin Fayulu, il est clair le président de la Ceni, Corneille Nangaa a également une part de responsabilité puisqu’il a contribué à la tricherie électorale. Il pense que ce dernier devrait par ailleurs finir derrière les barreaux pour avoir manipulé notamment le fichier électoral.

« Nous avons gagné le combat d’empêcher Kabila de changer la constitution et de se présenter pour un nouveau mandat et nous sommes arrivés aux élections mais, Nangaa a confectionné un fichier de 46 millions au départ réduit à 40 millions dont 10 millions sans empreintes. Mais de ces 40 millions, on nous dit que seulement 18 millions de participants; soit 47%. Or, on a donné des machines à certains individus et des bureaux fictifs où l’on a voté des candidats du FCC. Ils ont compté sur les électeurs fictifs et la machine à voter mais les résultats fictifs ne sont jamais parvenus aux centres. Voilà ce qui s’est passé dans leur tentative de fabrication des résultats… mais cela ne s’est pas passé comme ils le souhaitaient grâce à l’action divine. M. Nangaa devrait finir en prison « , pense Martin Fayulu.

« Je n’ai jamais été tribaliste »

(© MEDIA CONGO PRESS)

Martin Fayulu estime que les personnes qui sont mortes à Kikwit n’ont pas péri suite à un conflit tribal mais, selon lui, ces gens ont été tués par « l’armée » parce qu’ils protestaient contre les résultats publiés par la Ceni. Il appelle à cet effet au déroulment d’une enquête afin que les auteurs de ses actes sont punis.

« L’armée à Kikwit a tué des gens qui manifestaient contre les résultats et on a voulu faire passer cela comme un massacre interethnique. Moi Fayulu je n’ai pas grandi à Kikwit et j’ai vécu avec des Congolais durant mes études à l’étranger. Je n’ai jamais été tribaliste ! Lors de mon passage à Kikwit, on était allé voir les corps ainsi que les familles des victimes, il n’y avait pas des gens du Kasaï. Et je demande donc à la presse et les ONG d’approfondir cette histoire de Kikwit pour en connaitre l’auteur intellectuel et parce que c’est des généraux qui ont tué là-bas. »

Pour étayer ses dires, fayulu a voulu manifesté au travers de sa campagne ce qu’il considère comme une solidarité et l’unité du peuple congolais : « Quand je fais le tour du Congo on parlait de frères entre Congolais de Kasumbalesa à celui de Boma; il n’y a pas de tribalisme dans ce que j’ai vu dans mes tournées et j’ai même était très bien acceuilli à Beni et Bunia chez mes frères de l’Est… Ne cédons pas à cette provocation et ce piège de tribalisme car nous ne sommes pas comme ça, nous savons d’où et de qui cela provient « , a déclaré Martin Fayulu.

Pour finir, celui qu’on appelle « soldat du peuple », et qui s’est fait appeler au cours de la conférence « Commandant en chef du peuple » a fustigé l’accord signé mercredi dernier entre FCC et CACH où les deux plateformes ont affirmé leur volonté commune de diriger ensemble le pays dans le cadre d’une « coalition gouvernementale ».

« Voilà maintenant que MM. Kabila et Tshisekedi ont signé un accord sous seing privé alors que tout le monde reconnait ma victoire », a fustigé le soldat du peuple.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*