RDC-Haut Katanga : la vétusté du réseau impacte la desserte en électricité

Dans le Haut-Katanga, les ménages ont un accès difficile à l’électricité. Même ceux qui disposent d’un raccordement électrique connaissent le délestage. Dans certains coins, c’est sont les pannes qui sont monnaies courantes. Ceci est parfois dû à la vétusté de l’outil de production de la Société nationale d’électricité (Snel), a expliqué Mike Ilunga, chef de bureau du service d’électricité à la Division provinciale des ressources hydrauliques et électricité.

C’était au cours d’un dialogue organisé le 21 mai dernier par l’Observatoire d’Études et d’Appui à la responsabilité Sociétale et environnementales (OEARSE) .

Effectivement, les coupures dues au réseau électrique se multiplient. Au quartier Bel air, les habitants doivent régulièrement cotiser pour la réparation des câbles sectionnés. Certains quartiers se voient privés d’électricité pendant des jours voire des mois à cause d’un transformateur en panne.

Ainsi, parmi les défis que doit relever la Snel pour une bonne desserte en électricité, la vétusté de l’outil de production Snel en est un.  Selon Mike Ilunga, cette vétusté ne concerne pas seulement le réseau, mais aussi les centrales. Par exemple, la plus grande centrale hydroélectrique est celle de Mitwaba. Mais jusque-là, elle est en attente de réhabilitation.

La vétusté oui, mais pas que

Pour Freddy Kasongo secrétaire exécutif de OEARSE, c’est vrai que la vétusté constitue un défi énorme dans la bonne desserte en électricité. Car en plus, elle impacte sur l’industrie dans la province. Néanmoins, ce défi n’est pas le seul en cause. ”Pour ce qui est de la Snel qui est l’opérateur principal, nous avons d’autres paramètres. C’est comme : La faible quantité de l’énergie électrique produite par rapport à la demande. Donc même avec un meilleur réseau, nous avons un gap en termes de déficit”, explique-t-il.

Un autre problème qui se pose est que la Snel ne dispose pas d’intrants. ”Dans une partie importante de la ville, les abonnés paient souvent les intrants comme des câbles, des transformateurs et des disjoncteurs pour être majoritairement connectés au réseau sans nécessairement respecter le calibrage et les normes en la matière”, dit-il encore.

En plus de tous ces défis, il faut ajouter l’explosion démographique (2 700 000 habitants en 2012 contre 3 368 315 habitants en 2021 pour la seule ville de Lubumbashi) avec un impact considérable sur la demande.


magazinelaguardia.info / Provinces26rdc.net

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*