RDC-Kinshasa : Guy Matondo mis à la disposition de la justice pour « détournement de deniers publics »

L’Assemblée provinciale de Kinshasa a adopté à la majorité absolue  la résolution de mise à la disposition de la justice de Guy Matondo, ministre provincial des Finances du gouvernement sortant pour « détournement de deniers publics« .

La résolution, qui entre en vigueur dès son adoption, précise que Guy Matondo devra s’expliquer devant la Cour de cassation. Se basant sur le rapport de la commission Politique, Administrative et Judiciaire (PAJ), l’Assemblée provinciale, par le biais de son président, Godefroid Mpoyi Kadima, a saisi le procureur général près la Cour de cassation pour interdire le ministre provincial des Finances de sortir de la capitale congolaise.

« En date du 7 mai 2019, l’Assemblée provinciale a adopté à la majorité absolue le rapport sur la mise en accusation du ministre incriminé (…) ainsi l’Assemblée provinciale a décidé  la mise en accusation du ministre provincial des Finances. Au gouverneur de la ville de Kinshasa de veiller à l’aboutissement de ce processus. Il doit prendre des mesures conservatoires interdisant au ministre des Finances de quitter la ville de Kinshasa jusqu’à la conclusion des enquêtes. Le président de l’Assemblée provinciale a saisi le le Procureur général près la Cour de cassation à interdire  au ministre de quitter Kinshasa, d’interdire tous les ministres de la ville de Kinshasa d’engager des dépenses non liées au fonctionnement jusqu’à l’installation du nouveau gouvernement », a lu Osée Tshimanga, président de la commission Politique Administrative et Justice (PAJ).

Guy Matondo a été interpellé dans une motion initiée par le député Tenge Te Litho. Le ministre était appelé à éclairer les élus provinciaux de Kinshasa notamment sur le surendettement du gouvernement Kimbuta auprès des banques commerciales, évalué à 18 millions USD, les comptes fictifs ou parallèle, ainsi que les arriérés de salaire et primes des ministres provinciaux allant jusqu’à plus de 30 mois.

L’argentier de la ville, Guy Matondo, mis à la disposition du parquet général près la Cour de cassation.

L’épée de Damoclès est suspendue sur Guy Matondo Kingolo, le dernier ministre provincial des Finances de la ville de Kinshasa sous André Kimbuta. Et pour cause : les comptes qu’il a gérés sont au rouge. Acculé par l’assemblée provinciale de Kinshasa, Guy Matondo n’a pas pu convaincre, dans ses réponses aux élus de la ville. Au-delà de l’interpellé, c’est la gestion de 12 ans de règne d’André Kimbuta qui est passée au peigne fin. Le nouvel organe délibérant de la capitale est déterminé à crever l’abcès. Rien ne pourrait l’arrêter, a promis son président, Godefroid Mpoyi.

Interpellé par l’assemblée provinciale de Kinshasa, l’argentier d’André Kimbuta, Guy Matondo Kingolo, n’est pas parvenu à faire fléchir les députés provinciaux de la capitale. Appelé à répondre lundi aux nombreuses préoccupations des élus provinciaux sur la gestion des comptes de la ville de Kinshasa, particulièrement les 18 millions USD d’endettement de la ville auprès de différentes banques de la place, Guy Matondo est paru plutôt évasif, balbutiant des mots pour cacher la grande magouille qui avait élu domicile à l’Hôtel de ville pendant les 12 ans de règne d’André Kimbuta Yango.

Au regard de graves dysfonctionnements relevés par les députés provinciaux dans la gestion de la ville de Kinshasa, l’assemblée provinciales a décidé de passer à la vitesse supérieure. Selon l’auteur de l’interpellation, le député provincial Tenge Te Litho, une motion de défiance est déjà en gestation contre Guy Matondo. Qui pis est, l’organe délibérant de Kinshasa a décidé de mettre Guy Matondo à la disposition du parquet près la Cour de cassation.

A l’Hôtel de ville de Kinshasa, les comptes sont au rouge. Devant l’assemblée provinciale, Guy Matondo a été dans l’incapacité de justifier l’affectation de 18 millions USD de dettes contractés par le gouvernement provincial de Kinshasa auprès de différents banques de la place. Les dégâts sont encore énormes au niveau de la régie provinciale, DGRK, où la gestion des fonds collectés par la ville est entourée d’un flou indescriptible.

Pour toutes ces raisons, l’assemblée provinciale de Kinshasa veut voir un peu plus clair dans ce dossier. Son président, Godefroid Mpoyi, ne cache pas sa détermination. Il l’a déjà prouvé en acculant l’ancien président de l’assemblée provinciale, Roger Nsingi, gardé aujourd’hui au frais à la Prison centrale de Makala. Un vent de changement souffle sur la ville de Kinshasa. Et les élus de la ville ont promis de tout mettre en œuvre pour que la ville de Kinshasa rentre dans ses droits en récupérant tous les fonds soustraits frauduleusement des comptes de la capitale.

A tout prendre, c’est André Kimbuta, l’ancien gouverneur de Kinshasa qui a trôné pendant 12 ans sans discontinuer à l’Hôtel de ville, qui est le plus visé par la machine qui se met en place à l’assemblée provinciale. Si Kimbuta n’est pas directement associé à l’interpellation de Guy Matondo, il ne faut pas oublier que ce dernier a agi sous les ordres du chef de l’exécutif provincial durant tout son mandat de ministre provincial des Finances. On voit mal comment André Kimbuta pourrait s’échapper à l’action engagée par l’assemblée provinciale de la ville de Kinshasa.

Au terme de la réplique peu convaincante du ministre provincial des Finances de la ville, l’assemblée provinciale a, séance tenante, diligenté une commission ad hoc pour enquêter sur les comptes pendant les années Kimbuta.

Kimbuta dans le viseur

Elu à la fois député national à Kinshasa et sénateur dans la province du Kwango, André Kimbuta est jusque-là couvert par l’immunité que lui confère son statut de parlementaire. Mais, en renvoyant en même temps son argentier devant la Cour de cassation, l’assemblée provinciale a d’ores et déjà annoncé les couleurs. Son président Godefroid Mpoyi ne s’en cache pas. Il est déterminé à aller jusqu’au bout pour que la ville de Kinshasa récupère tous les biens et toutes les sommes importantes soustraites de ses comptes.

Néanmoins, pour l’instant, c’est son ministre des Finances qui se trouve sur des charbons ardents. Non seulement Guy Matondo a été dans l’incapacité de justifier les 18 millions Usd de dettes de la ville auprès des banques de la place, il n’a pas non plus donné toute la lumière sur la gestion paternaliste de la régie de la ville pendant les années Kimbuta.

C’est finalement devant le parquet général près la Cour de cassation que Guy Matondo devra se justifier. Celui-ci est devant un dilemme : protéger son mentor, André     Kimbuta ou porter à lui seul le fardeau de toute la gestion calamiteuse de la ville.


Le Potentiel

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*