RDC : Michel Okongo demande à Félix Tshisekedi de quitter le pouvoir

Maître Michel Okongo Lomena n’y va plus par le dos de la cuillère. Dur, direct et franc, le président du parti Unité des Valeurs, éreinté par la lourde souffrance du peuple, adresse à Tshisekedi un message difficile et sévère: « Quittez le pouvoir ».

Dans un message de sept pages intitulé « vente aux enchères de la RDC et ses conséquences, Me Michel Okongo exige la rupture immédiate du système politique actuel ». Cet acteur politique d’expérience étale sans complaisance, les différentes faiblesses de gouvernabilité du régime de Félix Tshisekedi. Social, sécurité, diplomatie, … .

L’avocat Michel Okongo résout qu’aujourd’hui, la séquence politique Kabila-Tshisekedi doit immédiatement prendre fin. « L’incapacité du chef de l’État à gérer notre pays étant patente, une action républicaine s’impose », avertit-il. Le leader du parti Unité des Valeurs (UV) comptabilise 524 jours qui séparent le peuple de la date prévue pour les nouvelles élections.

« Le peuple congolais ne veut plus laisser au chef de l’État continuer son apprentissage à la tête de l’État. Notre peuple qui a épuisé toute sa capacité de résistance face à la faim, à la misère et aux souffrances quotidiennes ne saura concéder au chef de l’État un seul jour de plus aux commandes de notre pays », menace sérieusement ce leader politique dont le parti conserve son état-major dans la profondeur des faubourgs de la commune populaire de Masina/Sans-fils à Kinshasa.

Michel Okongo somme Tshisekedi à déposer sa démission

Maître Michel Okongo Lomena estime qu’il a été démontré que « la République démocratique du Congo vient d’être vendue aux enchères par celui qui a reçu le mandat constitutionnel de veiller au respect de la Constitution de notre pays », s’inquiète-t-il, faisant allusion au président de la République, C’est lui, déclare Okongo, qui a reçu mandat d’assurer, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que des institutions et la continuité de l’État.

C’est encore lui, Félix Tshisekedi, qui a reçu du peuple congolais, le mandat de garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité territoriale, de la souveraineté nationale et du respect des traités et accords internationaux, attaque encore ce juriste de formation et de carrière, reconnu proche de feu Étienne Tshisekedi Wa Mulumba, père biologique du chef de l’État. D’où cet appel aux allures nucléaires lancé directement au président Tshisekedi Tshilombo le jeudi 9 juin 2022 :

« Je viens, avec le peuple congolais, exiger à Monsieur Félix Tshisekedi de quitter le pouvoir aujourd’hui, maintenant et tout de suite, afin de permettre à notre pays de se donner un nouvel élan sous l’impulsion des hommes et des femmes ayant en commun le sens de l’État, le sens de l’honneur et un amour passionné pour notre cher et beau pays la République démocratique du Congo », s’est-il courageusement permis de flageller.

Ces menaces directes adressées à la plus haute autorité du pays ne s’arrêtent pas là. Michel Okongo Lomena rappelle que « vouloir résister à cette injonction populaire, incitera le peuple congolais, souverain primaire, à faire usage de son droit le plus légitime prévu par la Constitution en son article 5 pour l’y contraindre », fin de citation.

 


Ouragan / Provinces26rdc.net

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*