RDC-Etat de la Nation : le secteur énergétique enfin libéralisé à la grande satisfaction des kinois

Le secteur énergétique longtemps décrié par la population congolaise et kinoise en particulier suite à ses failles indescriptibles en matière de desserte en eau et en électricité, connaîtra enfin son épanouissement. La loi sur la libéralisation dudit secteur étant votée sous le régime précédent n’a jamais, cependant, été mise en application.

Comme il l’avait promis lors du forum sur la desserte en électricité en août 2019 à Matadi dans le Kongo central, le chef de l’Etat, lors de son allocution ce lundi 14 décembre devant les deux chambres du Parlement réunies en congrès, a réaffirmé sa volonté « de rompre avec la culture du potentiellement riche pour s’inscrire dans la logique de la réalisation effective et efficiente de nos potentialités ! Vue la démographie galopante de nos villes et cités, la Société nationale d’électricité se trouve dans l’incapacité de desservir toute la population et que toute entreprise remplissant les conditions requises pour investir dans le secteur énergétique en RDC, sera la bienvenue », a-t-il indiqué.

La population kinoise longtemps victime de délestage et d’autres bavures de la snel ainsi que d’adduction lamentable en eau potable se réjouit à travers les différentes rues de Kinshasa : ”A l’époque où seul l’Onptz détenait le monopole de la communication, cette dernière était un luxe, mais de nos jours, avec la libéralisation du secteur de communication, le pays est couvert par plusieurs réseaux et le téléphone n’est plus un luxe puisqu’il est désormais à la portée de tous », estime l’asbl IFFN dans la commune de Ngaliema.

Félix Tshisekedi : « Le déficit en électricité est dû à l’incapacité par le passé à anticiper les exigences de la démographie galopante »

-

Soucieux d’apporter des réformes dans le secteur de l’énergie, Félix Tshisekedi envisage une rupture avec la culture du « potentiellement riche » pour s’inscrire dans la logique de la réalisation effective et efficiente de nos potentialités.

Devant les députés et sénateurs réunis en congrès le lundi 14 décembre 2020, le président de la République a promis de relever le défi de la desserte en électricité et en eau potable au profit des populations congolaises.

« Le triste constat largement partagé aujourd’hui est que cette desserte reste insuffisante et faible. Cette situation de fait est d’autant inacceptable que l’immensité et la diversité des sources et des ressources énergétiques et hydrauliques de la République démocratique du Congo sont quasiment sans limite. Ce déficit est dû à l’incapacité par le passé à anticiper les exigences de la démographie galopante d’aujourd’hui et la multiplication de nos cités et de nos villes qui ont fini de prendre de court nos infrastructures insuffisantes et vieillissantes », a déclaré Félix Tshisekedi.

Et d’ajouter : « Nous devons rompre avec la culture du potentiellement riche pour s’inscrire dans la logique de la réalisation effective et efficiente de nos potentialités. C’est fort de cette conviction qu’a été organisé, du 20 au 22 août 2019, le forum de Matadi sur l’énergie, mère du développement rapide et de la modernité bien comprise ».

Rappelons qu’en Août 2019, la présidence de la République a organisé un forum sur la desserte en électricité. De ce forum est sortie l’option volontariste selon laquelle l’Energie devrait être considérée comme une priorité du quinquennat en cours.

Dans cette optique, il a été initié certaines réalisations d’envergure à Kinshasa par exemple, dont la grandeur et la densité comptent parmi les plus grandes de la RDC, du continent et du monde. Allusion faite à deux nouvelles usines de production d’eau potable qui sont actuellement en construction pour résorber le déficit. L’usine de Lemba Imbu dont la production finale sera de 220.000 m3/jour et de celle de Binza-Ozone qui, elle, en produira à terme 300.000 m3/jour. Par ailleurs, la réhabilitation du captage de N’djili ramènera au réseau kinois 330.000 m3/jour supplémentaires.

« Ce qui se fait à Kinshasa se fait également, toutes proportions gardées, dans bien de nos provinces où l’existant est entretenu et réparé, où les nouvelles structures de production et de distribution sont projetées ou en construction, et même où les forages, les adductions d’eau et les bornes fontaines sont installés pour répondre aux besoins de nos populations », a indiqué Félix Tshisekedi.

Pour ce qui est du Projet Grand Inga, Félix Tshisekedi a annoncé que les financements sont en passe d’être bouclés avec plusieurs développeurs et off-takers (acheteurs). Pour le chef de l’Etat, il est évident que quand ces ouvrages seront totalement opérationnalisés, la République Démocratique du Congo reprendra son rôle de leader africain de l’énergie pour le bien-être de toutes ses populations et même du continent.


MCP/Provinces26rdc.net

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*