RDC : Trois garde du corps et un chauffeur du Président étaient à bord de l’avion, la piste crash est de plus en plus privilégiée

Selon les informations, trois membres de la garde rapprochée du Président de la République Félix Tshisekedi et un de ses chauffeurs étaient à bord de l’Antonov 72 qui a disparu des radars jeudi 10 octobre.

« Nous n’avons pas encore localisé le lieu du crash. On peut parler du crash à partir du moment où l’avion n’est pas arrivé à destination et n’a pas été signalé dans un aéroport », a dit Giscard Kusema, directeur adjoint de la presse présidentielle.

Contexte

L’aéronef opéré par la force aérienne des FARDC assurant la logistique présidentielle avait officiellement enregistré quatre membres d’équipage et 4 passagers civils et militaires. Il était parti de Goma à 13H32 (TU) et avait perdu le contact avec le centre de contrôle en route (CCCR) à 14H31 (TU), soit 59 minutes après son décollage, d’après le communiqué de l’Autorité d’Aviation Civile (AAC).

« L’équipage ukrainien est composé souvent de quatre à cinq personnes. Et souvent, des personnes non officiellement enregistrés prennent pas à bord », une source présidentielle qui suit le dossier.

L’Antonov, qui a une autonomie de 6 heures de route, devrait atterrir à Kinshasa à 16H43 (TU).

L’AAC annonce que des dispositions sont en cours au niveau de l’opérateur pour engager des recherches le plus rapidement possible.

Les circonstances de la disparition jeudi 10 octobre de l’Antonov affrété par la Présidence de la République sont encore à élucidées. Selon les informations, une voiture blindée utilisée par le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, était à bord de l’avion. Selon les mêmes sources, trois membres de la garde rapprochée du Président de la République et un de ses chauffeurs étaient parmi les passagers.

« Les services aéronautiques se déploient pour lancer les recherches. Je confirme que le seul personnel civil qui pourrait se retrouver à bord, c’est un chauffeur de la présidence de la République », confirme, Giscard Kusema, directeur adjoint de la presse présidentielle.

Contexte

L’aéronef opéré par la force aérienne des FARDC assurant la logistique présidentielle avait officiellement enregistré quatre membres d’équipage et 4 passagers civils et militaires. Il était parti de Goma à 13H32 (TU) et avait perdu le contact avec le centre de contrôle en route (CCCR) à 14H31 (TU), soit 59 minutes après son décollage, d’après le communiqué de l’Autorité d’Aviation Civile (AAC).

« L’équipage ukrainien est composé souvent de quatre à cinq personnes. Et souvent, des personnes non officiellement enregistrées prennent pas à bord », a confié une source présidentielle qui suit le dossier.

L’Antonov, qui a une autonomie de 6 heures de route, devrait atterrir à Kinshasa à 16H43 (TU).

L’AAC annonce que des dispositions sont en cours au niveau de l’opérateur pour engager des recherches le plus rapidement possible.

 

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*