Saison 2023-2024 : le Service national lance la campagne de récolte de maïs, 16 000 tonnes attendues, 50 000 envisagées en 2025

Ce vendredi 28 juin 2024, au Centre Felix-Antoine Tshisekedi de Kasese, le Service national a lancé, la récolte de maïs pour la saison 2023-2024.

16.000 tonnes seront récoltées cette saison. L’objectif est d’en atteindre 50 000 en 2025, selon le commandant du Service national.

Les moissonneuses batteuses tournent en plein régime en cette période de récolte.

Une fois à l’arrêt, les bâtisseurs prennent la relève. C’est le glanage. L’opération mobilise toutes les mains, surtout celles de nouveaux pensionnaires du centre de formation et d’encadrement Félix-Antoine Tshisekedi.

Au même moment, sur un autre site, quand ce n’est pas un bulldozer, c’est une tractopelle qui est en action. Objectif, procéder au dessouchage.

Le Service national, rappelle-t-on, compte étendre son champ de maïs jusqu’à 10 000 hectares pour une production de 50 000 tonnes de maïs d’ici 2025, contre 16 000 tonnes pour la campagne agricole en cours, 2023 – 2024.

De l’élevage de bétail

L’élevage s’agrandit également. De 4 têtes de bovins trouvées à l’arrivée du général-major Jean-Pierre Kasongo Kabwik, le Service national en compte 2 221 aujourd’hui.

Comme pour le maïs, ici également, les ambitions laissent présager des lendemains meilleurs.

« Si nous faisons cet élevage, c’est pour agrandir le Service national. Même si nous n’en tirons pas encore de dividendes, les générations qui viendront après nous peuvent profiter de ce travail », déclaré Jean-Pierre Kasongo Kabwik.

Le Service national est-il prêt à dupliquer ces différentes expériences dans le cadre du programme de 145 territoires ? « Oui », répond le commandant du Service national, « mais tout dépend du gouvernement ».

« Si le gouvernement décide d’intégrer le Service national comme une unité de mise en œuvre pour atteindre tel ou tel objectif, nous sommes prêts à travailler. Nous avons le personnel pour cela. Mais il faut qu’on nous donne des moyens. Car, mission égale moyenne ».

Une clinique moderne en construction

À Kasese, il y a l’agriculture, l’élevage, mais aussi la construction. Ainsi, après une école, c’est une clinique moderne qui pousse des terres. Une façon pour ce Service national de s’assurer de la qualité des soins de santé, non seulement des bâtisseurs, mais aussi de la population environnante.

Premier déchargement du train du Service national en provenance de Lubumbashi

En attendant, à la gare de Kaniama, le premier train estampillé Service national, en provenance de Lubumbashi, effectue déjà ses premiers déchargements. Un train conduit sans complexe par une femme.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*